mercredi 4 octobre 2017

WEAPON OF CHOICE

 

Avant le concert de Black Rebel Motorcycle Club au Paloma de Nîmes le 15 Novembre, un petit tour de chauffe en Sports' et en musique.

jeudi 28 septembre 2017

BLACK DIAMOND

BLACK DIAMOND BY CHOPPERSTEEL
Diamant Noir. Non ami lecteur, sois tranquille, la truffe n'a rien à y voir. Bien que la dernière recette de Choppersteel n'ait rien à envier à la cuisine étoilée. On ne peut plus échapper à la moindre salade de chèvre chaud sur Instagram? Ici ce sera du Diamant Noir. C'est autour d'un 1200 à carbu que la mayonnaise est montée. Cadre rigide, Carters EMD, joli travail de Nico sur les ailettes, quelques belles pièces maison en laiton, lignes pures et simples pour une moto dans le plus pur style "old school". Les ingrédients du succès pour être le "coup de coeur" du show bike de la Hell's Week au mois d’Août dernier.
Les plus observateurs auront remarqué le levier de vitesses sur le côté droit de la machine. Le pommeau en laiton tourné dans l'atelier agit donc sur la tringlerie via un axe traversant le réservoir. Du très beau boulot qui permet de combiner levier manuel et commande d’embrayage au guidon, histoire de ne pas flipper avec un embrayage de type suicide.
L'engin est à vendre, parfaitement roulant et réglé au poil. Attention, il n'y en aura pas pour tout le monde!

lundi 18 septembre 2017

4 + 25 + 1478 = w 0 + w 1 X t j = 1 γ t − j CR j + w 2 X t j = 1 γ t − j EV j + w 3 X t j = 1 γ t − j RPE j *

4 - 25 - 1478

Inutile de déranger Cédric Villani pour résoudre l’équation titre. 4 Jours, 25 cols, 1478 km. C'est notre route des Grandes Alpes à nous. Nous, Stéphane et sa California II de 1982 et moi même personnellement et mon Sports' de 2009. Une jeunesse. Une aubaine immanquable que de partir pour un tel road trip avec un bon pote. Un petit air de pélerinage aussi. J'ai franchi la grosse majorité de ces cols en vélo, certains en bécane déjà, dont un on le verra me laisse un souvenir particulier. Impressions de route de presque A à presque Z.

-Aristocrate; "croisé" trois fois un étrange équipage germanique. Dyna Wide Glide en mode TLB, imperturbablement suivie d'une Béhême sport/tourisme avec valoches, top case... Invariablement dans cet ordre quelles que soient les circonstances. Le Graf von Putzfrau fait de la moto accompagné de son majordome.  Au passage d'une épingle en descente j'ai cru un instant que le majordome allait descendre de la Bien Molle pour aider son maître à virer... 
-Bovins: rencontrer une vache dans une épingle, c'est toujours un grand moment. Une deuxième, un deuxième grand moment. Dans les deux cas, une même tranquillité à prendre son temps pour quitter la chaussée. Se hâter lentement...

-Circulation: les Alpes, dans les vallées c'est l'horreur. Quand tu descends du Semnoz et que tu arrives sur les rives du lac d'Annecy, c'est comme passer direct d'une voie communale au périphérique à 18 heures.
-Déception: si le Bargy et les Aravis ont ce côté carte postale avec chalets fleuris à profusion qui plaît tant, cette urbanisation à outrance m'a laissé un goût de trop trop; Val d'Isére c'est vraiment moche et ne fait qu'annoncer la montée de l'Iseran défigurée par les pylônes de téléphériques, télésièges et autres remonte pentes.
-Emotions: repasser 42 ans après sur le lieu de ma première gamelle en bécane dans la descente du col des Saisies; monter le Galibier au décor majestueux dans une belle lumière matinale; arriver à la cime de la Bonnette sous un ciel légèrement chaotique et un petit crachin qui annonce une descente un poil délicate. 
-Freinage: montée du cormet de Roselend. Un confrère en HD me fait signe de le doubler. Je sais il n'est pas nécessaire de forcer son talent. Bref, gazengran et surprise, juste là, une épingle. Grofrénage, pour ne pas dire hénaurme et  blocage de roue arrière. Gros crissement de peneu qui provoque un élégant saut de côté d'un congénère en 650 SV qui zyeutait le panorama. De mon côté, je négocie l'épingle comme je peux. Arrivé au sommet, je retrouve le HDMan teuton avec des potes. On se refarde, on se marre. Il raconte à ses potes, moi à Stéphane. Conclusion en Espéranto motard: "Nice braking!" 

-Fromages: amateurs de Reblochon, passé le col des Aravis, faites 300m, versant Arly, et un chemin de terre vous mènera au chalet d’alpage de Sandra et Pierre Angelloz. Ils se feront une joie de tailler une bavette et vous faire goûter leur production de tomme et de Reblochon.
-Gazole: vu sur la D 902 en direction de Morzine un panneau de danger, "chaussée glissante" avec la mention Gazole Fréquent. WTF? Vachement rassurant... 
-Gravier: nous sommes au XXIème siècle mais tout va bien. Il y a encore des responsables de la Direction des Routes qui estiment qu'une bonne couche de gravier dans la descente d'un col ça ne fait de mal à personne.
-Humilité: même avec un engin mécanisé, passé 2 500 m il est des zones où on se sent remis à notre juste place de fourmi planétaire.
-Manger: Le Saint Pierre à La Diat (St Pierre de Chartreuse) propose quelques tartines roboratives et une bière locale, la Mandrin qui ne laisse pas la glotte insensible; Les Arcades à Jausiers, restaurant pizzeria dont nous avons apprécié la terrasse, les salades repas et le service.
-Originalité: Eviter de rouler en 1200 GS. Au doigt mouillé on en rencontre autant que de lobbyistes dans les couloirs de l'Assemblée Nationale. Eviter aussi le trail, surtout si c'est un GS. On en croise autant que de proctologues dans une concession Harley. Par contre la probabilité de voir une Ducati 860 GT nous met dans les eaux du gros lot de la Française des Jeux. Que dire de cette vénérable Moto Guzzi 850 T5 qui fait les belles virées du même proprio depuis 1984... Et je ne parle même pas, si quand même, d'une California de 1982. Tu m'étonnes que Moto Guzzi soit en difficulté... (NB, pour les plus anciens, la GS n'est pas produite par Citroën.)
-Profession de foi: lu sur une bâtisse dans la montée de l'Izoard :motards = connards; pourquoi pas. Déçu de n'avoir pas aperçu un "cycliste = anarchiste" ou un "randonneur = baratineur".

-Réchauffement climatique: c'est bien la première fois depuis que je fréquente la montagne que je vois des asperseurs dans des zones d'alpages pour compenser le déficit de pluie.
-Serpents: nous sommes au XXIème siècle mais tout va bien. Il y a encore des responsables de la Direction des Routes qui estiment que ceux qui ont survécu aux pelletées de gravier, méritent bien un lâcher de "serpents de la DDE". Pour vos itinéraires de montagne, repérez les étapes du Tour de France, laissez passer la troisième semaine de Juillet et go. Le revêtement sera nickel.
-Sportster: ce n'est le meilleur nulle part, sauf dans mon esprit. En tous cas, frais comme un gardon chaque soir, ne demandant qu'un peu de SP et pas si souvent que ça. Pour mémoire, un 225 km avant ravito avec presque 2 l de pétrole en réserve.

-Vercors: plus je roule dans ce coin, plus j'en apprécie l'atmosphère et le paysages. faudra quand même que je songe à sauter à l'élastique.
-Waze: j'ai honte mais j'avoue. Grand défenseur de la carte routière dépliée dans le vent et sous la pluie, j'ai béni Stéphane d'utiliser Waze. Dans l'étape de la Bonnette, les 70 derniers kilomètres sous la pluie devenaient légèrement désagréables. Petit miracle, l'appli nous a déposé directement à notre destination, légèrement hors des senties battus, 1/4 heure avant le déchaînement d'un orage de montagne avec seaux et éclairs.  

Cette libre interprétation de la fameuse Route des Grandes Alpes restera un grand souvenir de bécane. Nous avions délibérément choisi de ne pas pousser jusqu'aux rives de la Méditerranée pour cause de circulation merdique, même en marge de la haute saison. Au final, même chose côté nord. Attaquer le trajet à partir d'Annecy via Cluses pour commencer par le col de la Colombière. On perd très peu en intérêt, hormis peut être le romantisme de la photo au bord du Léman et quelques cols plus tard, celle sur le rivage de la Grande Bleue.

[mode stat on]
Les cols: Rousset (1 250 m) Vence (782 m) Porte (1 326 m) Cucheron (1 139 m) Granier (1 134 m) Plainpalais (1 173 m) Leschaux ( 897 m) Colombière (1 613 m) Aravis (1 487 m) Saisies (1 633 m) Méraillet (1 603 m) Roselend (1 967 m) Iseran (2 764 m) Télégraphe (1 566 m) Galibier (2 645 m) Lautaret (2 058 m) Izoard (2 360 m) Ange Gardien (1 347 m) Vars (2 108 m) Bonette (2 802 m) Raspaillon (2 513 m) Couillole (1 678 m) Valberg (1 671 m) Toutes Aures (1 124m) Ayens (1 032 m) soit 19 626 m de dénivelé positif. [mode stat off]

* équation du bonheur selon Robb B. Ruttledge (University College London)





samedi 26 août 2017

LE SPORTS' DU WEEK END #36



Au pays du Soleil Levant, on sait y faire avec les Sportster. Prenons par exemple un "R" qui à côté de ses petits copains à comme un air de premier de la classe. Passé entre les mains expertes de Old Speed Factory, il se dévergonde nettement. Couper, débarrasser, épurer. Un (vraiment) petit réservoir, juste de quoi rouler entre deux envies de pisser. Voilà. Ce que je préfère dans les prépas japonaises, ce sont les pots. Encore une fois je ne suis pas déçu. Ils ont une gueule nettement plus intéressante que la plupart des V&H et autre Roland Sands vus ici et là.

mercredi 16 août 2017

KRAZY CAFÉ



Quand il est question de Café Racer, on pense aussitôt Triton. Ce bitza unissant le cadre featherbed des Norton, pour ses qualités routières, au bicylindre Triumph, pour ses qualités mécaniques. Cocktail décliné avec diverses motorisations et bien entendu le twin du Sportster. En l’occurrence, Krazy Horse a utilisé une réplique du célèbre chaŝsis dans lequel se glisse un 1200 alimenté par un carbu S&S. Rien ne filtre au sujet d'une éventuelle prépa moteur. J'y verrais bien un Buell personnellement. Il ne reste qu'à souhaiter que la fourche soit autre chose qu'un modèle de série, auquel cas la rigueur de l’ensemble en prendrait un coup.

mercredi 2 août 2017

THE SKINNY

 


Août c'est le mois de la trêve. Chez Choppersteel, c'est plutôt une clé de 9/16" dans une main, une 1/2" dans l'autre et l'aérographe dans une troisième. Comment ça fait trois mains? Ca dépend de la grosseur de mains...
Bref à l'approche de la Hell's Week et son show bike, ça chauffe pour Nath et Nico. La nouvelle prépa sur base de Sports' doit être prête pour affronter le jury. Pour en avoir eu un aperçu à des stades "in progress", on pourra admirer quelques astuces home made de derrière l'établi.
En attendant, pour rouler différent, on peut choisir The Skinny, campée sur deux roues de 19" qui lui donnent son allure si particulière. Ce rigide sur base de 8 prouve, si c'est nécessaire, qu'on peut rouler sur un custom sympa et original sans passer par la case big twin. 
Comme ça en passant, si The Skinny ne te laisse pas indifférent(e) elle est à vendre. Rien de plus simple, cliquer le lien Choppersteel dans la colonne de droite et c'est parti!

samedi 22 juillet 2017

LE GENDARME EST BON ENFANT

Pièce en trois actes et en pas vers.

Quittant une de ces riantes bourgades provençales que l'univers nous envie,  l'index impératif un gendarme m'invite à m’arrêter. 
Illico je m’exécute de bonne grâce, évaluant avec la vélocité d'un ordinateur quantique les motifs de courroux (coucou) du pandore.
"Bonjour, Gendarmerie Nationale. (J'évite mon fameux "Je vous avais reconnu") Contrôle d'alcoolémie, veuillez retirer votre casque."
S'en suit une explication technique de l'utilisation de l'outil de contrôle et un vidage en règle du contenu de mes poumons. Rien à déclarer. (Jusqu'ici, tout va bien)
"C’est bon, vous pouvez y aller." Ouf!
Pas le temps de récupérer mon casque et mes gants, son collègue du même geste d'autorité fait se garer à mes côtés mr TMax. Mr Tmax en tee shirt, short, claquettes ET sans gants.
"Bonjour, Gendarmerie Nationale. Contrôle d'alcoolémie, veuillez retirer votre casque. Dites, vous n'avez pas de gants?
-Non.
-Même pas dans le coffre?
-Non.
-Désolé, je dois vous dresser un procès verbal" 
Je ne suis pas sûr du désolé, mais vu que c'est un scotère, il n'a pas de raison de l'être...
J'enfile le casque, (pas de rétros réfléchissants)  les gants, (pas d'étiquette CE) je mets en route, (Vance & Hines full barouf) et pense à ma plaque pas aux normes non plus.
Moralité, je suis bien content (je constate une fois encore que le Gendarme n'est pas le militaire borné bas du képi qu'on aime à décrire) et suis persuadé que si mr TMax avait eu une paire de gants à exhiber, il aurait échappé à la prune. J'espère qu'il ne sortait pas de l'apéro...